MEDIAPART 18. TOC, TOC, TOC, VOILÀ LES MEDOCS !

Il faut abroger la loi sécuritaire du 5 juillet 2011 sur l’organisation des soins psychiatriques.

> lien vers la vidéo dailymotion
> lien vers l’article de Mediapart [accès abonnés]

TOC TOC TOC, VOILÀ LES MEDOCS !
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

[citation N. Sarkozy]

C’est déjà pas très rigolo
D’être schizophrène ou parano
On se dit rarement depuis tout petit
« Moi quand je serai grand je serai suivi ! »
C’est déjà assez compliqué
De trouver quelque part où loger
Sans qu’un agent persécuteur
Puisse se présenter à toute heure
Et vous dire :

Toc toc toc, voilà les médocs !
Ça fait comme un électrochoc
Attention, voilà l’injection !
On ne vous demande pas la permission
Le médecin-juge-préfet
Est là pour vous soigner
Il viendra vous chercher
Jusque dans la chambre à coucher

Parce qu’un évadé de l’HP
S’est retrouvé médiatisé
Il faudrait murer tous les patients
Sous peine de péril imminent
Les fauteurs de trouble public
Iront en prison psychiatrique
Et si ça coûte cher au Trésor
Il n’y a qu’à les enfermer dehors
Et leur dire:

Toc toc toc, voilà les médocs !
Ça fait comme un électrochoc
Attention, voilà l’injection !
On ne vous demande pas la permission
Le médecin-juge-préfet
Est là pour vous soigner
Il viendra vous chercher
Jusque dans la chambre à coucher

Un gestionnaire quand ça vous trace
Ça voit le soignant comme une menace
Tandis qu’il y a bien assez d’argent
Pour faire des chambres d’isolement
Un gestionnaire quand ça bricole
Ça vous fabrique des protocoles
Où le parano passe en audience
Grâce à de la visioconférence

Toc toc toc, voilà les médocs !
Ça fait comme un électrochoc
Attention, voilà l’injection !
On ne vous demande pas la permission
Le médecin-juge-préfet
Est là pour vous soigner
Il viendra vous chercher
Jusque dans la chambre à coucher

Quand vient la nuit sécuritaire
On économise la lumière
En enlevant la citoyenneté
A ceux qui ont démérité
Résonne alors, au coin de la rue
L’appel à exclure les exclus
L’insupportable ritournelle
Du fou dangereux criminel

Toc toc toc, voilà les médocs !
Ça fait comme un électrochoc
Attention, voilà l’injection !
On ne vous demande pas la permission
Le médecin-juge-préfet
Est là pour vous soigner
Il viendra vous chercher
Jusque dans la chambre à coucher

—-

CITATION
N. Sarkozy – discours d’Antony (2 déc. 08)
http://www.dailymotion.com/video/x7lj27_allocution-de-n-sarkozy-a-antony_news

DOCUMENTS
Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire
http://www.collectifpsychiatrie.fr/

Mediapart – Club – Édition »Contes de la folie ordinaire »

http://blogs.mediapart.fr/edition/contes-de-la-folie-ordinaire

Mediapart – Journal – Dossier « Troubles en psychiatrie » [accès abonnés]
http://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/troubles-en-psychiatrie

Film documentaire « Un monde sans fous » – P. Borrel (2010)

Serge Portelli – meeting du collectif des 39 (2010)
http://www.dailymotion.com/video/xgleyh_serge-portelli-villejuif-meeting-25-09-10-collectif-des-39_news

Doctissimo (mars 11)

http://videos.doctissimo.fr/psychologie/sante-mentale/Psychiatrie-Une-loi-contestee.html

Santé social (mai 11)
http://www.dailymotion.com/video/xikw2w_reforme-de-la-psychiatrie-une-vision-sanitaire-ou-securitaire_news

Le blogueur Arte (mai 11)
http://www.youtube.com/watch?v=3ZsAfB83prw

ET AUSSI
Arrêt sur Images (fev. 12) – L. Daussy – Autisme, pychanalyse, medias – [accès abonnés]
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4689

Kamini – Psychostar Show
http://www.dailymotion.com/video/x33vba_kamini-psychostar-show-version-long_fun

M18_toctoctoc




6 réflexions au sujet de « MEDIAPART 18. TOC, TOC, TOC, VOILÀ LES MEDOCS ! »

  1. Günter Pommerencke

    toc toc toc
    génial – comme toujours
    petite suggestion:
    sur nos têtes plane un nuage d’argent (capital) totalement fictif.
    il se deplace avec la vitesse de la lumière d’un compte bancaire vers un autre par les ordinateures géants d’un continent vers un autre et sans control
    politique ou judiciaire.
    nous risquons vraiment l’éclatement de notre planète et les gens ne peuvent pas s’imaginer ni 1% de l’horreur.
    je crois que les artistes comme vous
    pourraient trouver un concept,un langage et une sensibilité pour avertir
    « le peuple », pour les arracher de leur torpeur.
    Qu’en pensez-vous ?
    sincères salutations de votre seul et unique fan sur ce site ah ah ah
    Günter

  2. catherine

    toc,toc,toc
    oui oui, génial comme toujours!Merci à la parisienne.
    Des fans, elle en a beaucoup.Parfois silencieux ,mais toujours à l’écoute.

  3. Daniel

    Merci! Cette chanson retrouve, je le crois, le souffle des vos premières productions : cette force jouissive de la légèreté de ton, de l’élégance de la mélodie dénonçant l’infâme… Merci pour l’effet catharsique qui nous donne la force
    de ne pas sombrer dans le désespoir. Comment en sommes nous arrivés là ? Qu’il y ait encore des personnes pour soutenir ce vil personnage, c’est vraiment incroyable, mais heureusement il y en a d’autres qui usent de leur talent pour dénoncer l’imposture.

  4. Justin Bessou

    Bonjour,
    Superbe petit texte! On croirait à du vécu! Tant, en peu de mots, vous allez à l’essentiel, à savoir comment la psy est mal-traitée pour le pouvoir politique du moment; comment les patients sont désignés comme coupables et livrés à la vindicte du peuple de TF1,de l’UMP et bien au delà!
    Bien vu ce « il n’y a qu’à les enfermer dehors ». Où ils iront rejoindre les exclus (terme « inventé » en 1975) et autres « invisibles »… jusqu’à ce que quelque média fasse le buzz avec quelque affaire: nous le savons, l’essentiel (la souffrance) est escamoté;
    merci de « dire » avec vos mots et votre musique bien rythmée (« toc, toc, toc…).
    Apprécié aussi le cas clinique montré avant votre chanson (le petit homme qui a peut-être oublié de prendre ses médocs, ses cp de tropatépine peut-être? vu les troubles psycho-moteurs qu’il semble présenter…)
    PS: pas d’onglets disponible à cette heure sur Médiapart pour y poster des commentaires.
    Merci!

  5. nathalie

    très juste, même en chansonnette.
    ce serais a diffuser dans les revues du médico social pour alerter les gestionnaire et les (praticiens)de cette réalité quotidienne banalisée;mais comment faire autrement si on demandais l’avis aux patients ils s’y refuserais.
    Qu’est ce qui prévaut ,l’avis des patients ou la sécurité des citoyens ?
    a méditer,mais les patients n’ont pas spécialement le justement (juste ) concernant leurs pathologie.La communication est indispensable certes et est souvent écourté pour des raisons de timing ou d’ordres a exécutés.
    le patient n’est plus considéré comme personne ,puisqu’elle n’est pas ou plus en possession de facultés psychique suffisante ou jugé insuffisante….. n’empêche que la personne est bien une personne quelque soit ses moyens physique et mental et que la communication ne coûte rien ,est positive et lève bien des situations complexes.

    cette chansonnette est intéressante mais il ne faut pas l’entendre ou la lire comme une abbé ration dans sa globalité,mais en tirer de quoi s’interroger sur les ou sa pratique.

[COMMENTAIRES FERMÉS]