NOTRE-DAME-DES-LANDES N’EST PAS COMPENSABLE !

Rendez-vous samedi 22 févier à 13h pont Morand, devant la préfecture de Nantes.

> lire la chronique sur mediapart [abonnés]
> voir la vidéo dailymotion / youtube / vimeo

Au fil des cinquante années pendant lesquelles les projets d’aéroport ont successivement été lancés puis abandonnés, le bocage de Notre-Dame-des-Landes est devenu un habitat naturel privilégié pour les espèces protégées, en particulier grâce à la qualité de son eau.

Les études qui ont été conduites à la demande des promoteurs du projet n’ont relevé qu’une toute petite partie des mares et espèces présentes dans cette zone humide. Des naturalistes en lutte (abonnés, voir ici) ont donc entrepris de compléter cette étude. Étant donné leurs résultats, il semblerait raisonnable qu’une nouvelle étude plus précise et plus indépendante soit conduite. C’est le sens du courrier que la Société herpétologique de France a envoyé au ministre Philippe Martin le 3 février dernier.

Par ailleurs, le principe général des mesures compensatoires est discutable : peut-on compenser monétairement la destruction d’habitats naturels qui deviennent rares ? Que devient la protection des espèces s’il suffit de procéder à un rapide recensement et à quelques déplacements (à titre expérimental et sans suivi) pour s’affranchir des obligations légales ?
Les opposants au projet d’aéroport ont lancé un appel contre ces mesures.

Au-delà de la lutte qui a lieu à Notre-Dame-des-Landes, ces logiques de compensation soulèvent de réels problèmes écologiques et juridiques. Comme l’écrit Dominique Méda à la fin du chapitre 9 de La Mystique de la croissance : « La valeur accordée à la nature ne peut se limiter à une estimation monétaire des services rendus ou des dégradations produites. Elle doit également pouvoir être reconnue et respectée hors de toute entreprise de monétarisation. »

NOTRE-DAME-DES-LANDES N’EST PAS COMPENSABLE !
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

Les fauvettes grisettes
Bondrées et pipistrelles
Les Lulus alouettes
Et toutes les littorelles
Les hiboux des marais
Les petits fluteaux nageants
Les pélodytes ponctués
Les humains barbotants



Il y en a qui ont l’air de penser
Qu’on n’est pas indispensables
C’est d’eux qu’on va se dispenser :
On n’est pas compensables ! (bis)

Les salamandres tachetées
Les grenouilles agiles
Tous les tritons marbrés
Et même l’orvet fragile
Les dormantes noctules
Les chevêches d’Athéna
Toutes les blanches spatules
Grenouilles de lessona

Les tritons de blasius
L’aquatique crossope
Les nombrils de Vénus
Et les loutres d’Europe
Les linottes mélodieuses
Et les grands rhinolophes
Les luttes ingénieuses
Des humains philosophes

Il y en a qui ont l’air de penser
Qu’on n’est pas indispensables
C’est d’eux qu’on va se dispenser :
On n’est pas compensables ! (bis)


Buissons de piment royal
Agrions de mercure
Grassettes du Portugal
En un mot : la nature
Pique-Prunes, Muscardins,
Campagnols amphibies…
Ce qui était commun
Devient rare aujourd’hui.

Tous les pluviers dorés
Les crapauds épineux
Les grands tritons crêtés
Les petits veaux qui font meuh
Tous les jaunes bruants
Les lézards à deux bandes
Les humains paysans
De Notre-Dame-des-Landes

Il y en a qui ont l’air de penser
Qu’on n’est pas indispensables
C’est d’eux qu’on va se dispenser :
On n’est pas compensables ! (bis)

SOURCES IMAGES
naturalistes en lutte – paroles de campagne – france 3 – bfmtv – le pouce de jey – donjon de jouy – bruitx – markkilner – christian fischer – ján svetlík – mnolf – caryn – – panek – teuteul – lean-marc pascolo – heikeloechel – eduard solà vázquez – luc viatour – peter church – pierre dalous – viridiflavus – sannse – fabrice capber – marion jullion – alban – pratt – gilles san martin – noah elhardt – björn schulz – sylvain haye – laurent lebois – hajotthu – rainer theuer – se90